Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 19:53

Randonnée du 21 novembre 2009


Le sentier facile qui parcourt la crête du Mont Nivolet, du Sire à la Croix, offre de beaux points de vue sur la vallée et le Lac du Bourget et se prête bien à une courte sortie familiale.


Conditions

 

Temps doux, passages nuageux puis belles éclaircies. Bise soutenue.

 

Départ


Parking du Sire (Colonie de vacances) atteint par La Féclaz (D913). Au centre de la station prendre NW la petite route (panneaux) qui conduit au parking (alt. départ 1.413 m).

 


Les sommets de Chartreuse vus des Chalets du Sire

 

Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3332 OT Chambéry - Aix-les-Bains - Lac du Bourget


Du parking (panneaux), on prend soit la piste qui dessert les Chalets du Sire, soit le sentier qui monte parallèlement au tracé du télésiège. On atteint l’aire de départ de vol libre puis les Chalets du Sire avant d’accéder au sommet du Sire (alt. 1.558 m - cairn) qui marque l’extrémité N du Mont du Nivolet.

Nota : on peut éviter la montée sur ce promontoire en empruntant le sentier qui le contourne à main gauche.

 

 

Le Lac du Bourget et la vallée vus de la crête

 

L’itinéraire se poursuit dans une belle forêt de feuillus en épousant le relief vallonné de la crête (beaux points de vue sur la plaine et le Lac du Bourget) et rejoint la Croix du Nivolet (alt.1.547 m) qui domine majestueusement Chambéry.

 

Retour par le même itinéraire.

 

 

Croix du Nivolet (1.547 m)

 

Nota : d’autres itinéraires de retour vers le Sire sont possibles (notamment  par "Les Echelles" ou "La Cheminée") mais ils sont difficiles et/ou exposés et sortent du caractère « familial » voulu pour cette randonnée.


Dénivelée :  250 m environ

 

Temps de marche : 3 h 15 (dont 1 h 45 de montée)

 

 

 

 

 

 

  La falaise du  Mont du Nivolet et le Sire vus de la Croix

 

 

  La falaise du Mont du Nivolet vue des Chalets du Sire

 

 

Tracé Google Earth

Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 13:33
Randonnée du 17 novembre 2009

Une courte randonnée vers ce sommet "secondaire" de Chartreuse qui ne manque pourtant pas d’atouts.

Monter à La Pinéa et parcourir la Balme de l’Air (appelée aussi Crête de Montfromage) est un sympathique but de randonnée pour profiter d’une des dernières journées d’été indien.

 

Conditions  : beau temps doux, ciel s’ennuageant progressivement en cours de journée, föhn soutenu sur les crêtes.

 

Départ


Col de Porte (D 512) atteint par Saint-Pierre-de-Chartreuse ou Le Sappey ; prendre ensuite la petite route qui mène à la station (parking près du Centre d’Etudes de la Neige).

 

Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3334 OT Chartreuse Sud


Suivre W la route qui dessert les Chalets d’alpage du Charmant Som. Après 200 m, à l’orée du bois (lieudit "La Prairie" - alt. 1.330 m) prendre la piste forestière qui part sur la gauche (panneau "La Pinéa").

Après 600 m, le sentier qui lui succède s’élève rapidement dans la forêt puis atteint la crête d’où la vue E sur Chamechaude (2.082 m - point culminant du Massif de Chartreuse) est superbe.

 

JPG - 161.7 ko
Chamechaude (2.082 m) vue du sentier de montée

Au lieudit "Les Frettes" (alt. 1.530 m - panneaux) suivre la direction "Plénom - La Pinéa - Charmant Som". Le sentier débouche sur la prairie de Plénom (alt. 1.615 m - panneaux) puis rejoint le GR de Pays "Tour de Chartreuse" (marques jaune et rouge).

On poursuit SW (à gauche) en direction de La Pinéa, bien visible, et après une courte traversée en devers, on atteint les premiers ressauts rocheux sous le sommet (deux passages plus exposés demandent de l’attention) que l’on rejoint en quelques lacets.

 

JPG - 117.1 ko
La Pinéa vue de Plénom

Du sommet (cairn) la vue porte sur l’ensemble des sommets de Chartreuse ainsi que sur les Massifs de Belledonne et du Vercors (jusqu’au Mont Aiguille).

 

JPG - 66.9 ko
Grenoble et le Massif du Vercours vus du sommet

On revient ensuite jusqu’à la Prairie de Plénom ( variante  : du sommet on peut éventuellement emprunter la sente bien visible - mais plus escarpée - qui part N et retrouve rapidement l’itinéraire de montée) puis on prend le sentier qui suit N/NE toute la crête de la Balme de l’Air, traverse une vaste prairie (lieudit "Canaple" - beaux points de vue sur les alpages du Charmant Som et de la Grande Sure) puis sort de la forêt et plonge sur la route à proximité de l’Oratoire d’Orgeval (alt. 1.635 m)

 

JPG - 118 ko
Balme de l’Air, côté Nord

Retour par la route d’alpage qui ramène au parking et au Col de Porte.

 

Nota  : un sentier part à main gauche quelques dizaines de mètres après le début de la descente et permet de « couper » les épingles de la route. Bien qu’il soit désagréable de devoir marcher sur le bitume, veiller à rester « en vue » de cette dernière et la rejoindre dès que le sentier s’en écarte car celui-ci devient de moins en moins visible puis dévale dans la combe en suivant la piste du télésiège, ce qui oblige à une remontée fastidieuse dans les pistes forestières défoncées (coupes en cours) pour revenir au parking.

 

Dénivelée : 600 m environ

 

Temps de marche : 4 h 30 (dont 1 h 45 de montée au sommet - le cheminement sur la crête est une succession de montées et de descentes)


 
Portfolio
Déplier Sentier de montée
800 × 600 pixels
Déplier Le sentier au lieudit "Sous la Pinéa"
800 × 600 pixels
Déplier Le sentier au lieudit "Sous la Pinéa"
800 × 600 pixels
Déplier Chamechaude et Dent de Crolles
800 × 600 pixels
Déplier Vue générale du Massif de Chartreuse
800 × 600 pixels
Déplier Le Massif de Chartreuse vu du sommet
800 × 600 pixels
Déplier Balme de l’Air, côté Sud
800 × 600 pixels
Déplier Grande Sure
800 × 600 pixels
Déplier Tracé Google Earth
800 × 473 pixels
Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 08:01
Randonnée du 11 novembre 2009

Une courte sortie "baujue" pour goûter aux joies des premières neiges.


Mont Colombier (2.045 m)

Conditions : temps assez doux, ciel bien dégagé en début de matinée puis brumes montantes de plus en plus épaisses. Neige au sol à partir du Chargieu (couche de 20/25 cm au Plan de la Limace) ne nécessitant pas l'utilisation des raquettes.


Départ


Hameau du Coudray, Village de Jarsy atteint par la D 911 (Le Chatelard - Ecole) puis la D 60b. Parking à l’entrée du hameau.

 

Couleurs d'automne au départ du Coudray


Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3432 OT Massif des Bauges


Sortir E du hameau en empruntant la piste pastorale qui traverse la forêt puis dessert les alpages l’été.

Après une large boucle E on atteint les premiers chalets du Chargieu (1.320 m - panneau) puis on continue N, soit dans les larges pentes qui mènent aux Chalets de Très-le-Mont, soit en continuant sur la piste (des raccourcis permettent de "couper" les épingles).

 

La Combe d'Arclusaz vue du sentier de montée


En vue du premier Chalet d'Allant qui domine la combe, on peut rejoindre celui-ci par une trace directe assez raide (draye bien marquée), ou continuer SW sur la piste qui sort sur la crête à proximité de la stèle (hommage à deux soldats fusillés en 1944) et on accède à vue à la Croix d’Allant (alt. 1.580 m) en laissant sur la droite les Chalets du même nom.

Nota : si on passe préalablement au Chalet d'Allant, prendre plein W pour atteindre en quelques minutes la Croix d'Allant qui domine le Village de Jarsy.

 

 

Croix d'Allant (1.580 m) - Mont Trélod (2.181 m)

 


De la Croix (belle vue sur les sommets des Bauges : Mont Colombier, Mont Trélod, Pointe d'Arcalod, Tré le Molard et Mont de la Coche) on poursuit N/NE sur la large crête vallonnée jusqu’aux ruines du Plan de la Limace situées à proximité d’un petit promontoire rocheux (alt. 1.722 m).

La brume très épaisse  (visibilité quasi nulle) nous obligera à reprendre le chemin du retour sans avoir pu "pousser" jusqu'au Passage de Plan Molard qui offre une vue magnifique sur la pyramide du Mont de la Coche (2.070 m).

Montée vers le Plan de la Limace

Retour  en rejoignant directement les Chalets d'Allant puis en reprenant l'itinéraire de montée.

Dénivelée : 800 m

Temps de marche : 4 h 30 (dont 2 h 30 de montée)


 
Un des Chalets d'Allant




Le Plan de la Limace dans la brume


Chalets du Chargieu - Mont Pécloz (2.197 m)


Mont Pécloz


Chalet sous la neige


Tracé Google Earth
Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 17:36

Très agréable randonnée vers ce sommet qui marque l’extrémité Nord du Massif de Chartreuse.


Randonnée du 28 octobre 2009

 

 

Plusieurs itinéraires permettent d’accéder au Mont Granier.

 

De préférence au parcours débutant au Hameau de La Plagne et empruntant le Col de l’Alpe puis le Pas des Barres avec un retour par la Balme à Colon (long cheminement avec quelques passages exposés ou vertigineux), celui décrit ci-après (par la face E et le Pas de la Porte) est à privilégier. Malgré une dénivelée supérieure, cet itinéraire est plus aisé et permet de bénéficier d’une belle vue sur la Chaîne de Belledonne au cours de la montée, et d’un panorama magnifique sur le Massif des Bauges et le Mont Blanc à partir du plateau.

 

Conditions  : belle journée d’automne (temps doux, couleurs magnifiques)

 

JPG - 148.3 ko
Face E du Mont Granier vue du Hameau de La Palud

Départ


Parking de la Cabane Forestière de la route du Col du Granier, atteint par la D 285a et Chapareillan (la cabane se trouve sur la gauche de la route en montant, à 2 km environ du Col)

 

Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3333 OT Massif de la Chartreuse Nord


Du parking (alt. départ 840 m - panneaux) on emprunte sur 1,5 km environ la piste forestière (interdite à la circulation) qui part S.

A la cote 930 m, au niveau de l’embranchement avec la "Route forestière du Pré de l’Ours" (panneau), prendre dans le virage à droite le large sentier (marques jaunes) qui monte sèchement W (à droite).

 

JPG - 140.3 ko
Couleurs d’automne

Le sentier serpente ensuite agréablement dans une belle forêt de feuillus, coupe la piste forestière à huit reprises (plusieurs panneaux au cours de la montée) puis, après le dernier franchissement, se redresse nettement avant d’aborder un couloir pierreux qui amène au pied de l’impressionnante falaise E du Mont Granier. On effectue ensuite une traversée S, à flanc (quelques passages réclamant de l’attention) en dominant le Plateau des Petites Roches et la Plaine du Grésivaudan, avant d’atteindre le Pas de la Porte (alt. 1.670 m), petit "collu" donnant accès au grand plateau déversant du Mont Granier.

 

JPG - 123.4 ko
Traversée sous la falaise E

On traverse cette vaste étendue de lapiaz et de gradins rocheux, colonisée par des pins centenaires et tortueux, semblables à des "bonzaïs géants", puis le sentier (toujours bien tracé - marques jaunes) s’oriente N et longe la falaise très délitée (beaux points de vue) avant de revenir W en vue de la Croix (alt. 1.898 m) qui borde l’extrémité N du Massif de Chartreuse et domine le Sillon Chambérien (le sommet "géographique" du Mont Granier - alt. 1.933 m, borne - peut être rejoint en quelques minutes au S).

 

JPG - 80.6 ko
Mont Blanc et Combe de Savoie vus du sentier de montée

Nota  : comme dans tout environnement de lapiaz, veiller à ne pas s’écarter du sentier balisé, notamment en cas de mauvaise visibilité (nombreuses failles très profondes, scialets, etc).

 

De la Croix, vue magnifique sur la Vallée des Entremonts et les principaux sommets de Chartreuse, le Massif des Bauges, l’ensemble de la Chaîne de Belledonne et le Mont Blanc.

 

JPG - 75.1 ko
Vallée des Entremonts et sommets de Chartreuse vus de la Croix

Retour par le même itinéraire.

 

Dénivelée : 1.110 m

 

Temps de marche : 7 h 00 (dont 3 h 45 de montée)

 

 




Le Mont Blanc vu du sentier de montée
Poids : 139.5 ko




Traversée sous la falaise E
Poids : 78 ko




Montée vers le plateau sommital
Poids : 136.6 ko




Gradin rocheux et pins à crochets
Poids : 139.8 ko




Au dessus du Pas de la Porte
Poids : 80.2 ko




Champignons de pierre
Poids : 144.1 ko




Beauté des troncs tortueux
Poids : 153.9 ko




La falaise N du Mont Granier vue du sentier de montée
Poids : 76.8 ko




Croix dominant le Col du Granier
Poids : 95.4 ko




Tracé Google Earth
Poids : 113.6 ko

Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 10:03
Randonnée du 24 octobre 2009

Une petite escapade dans les Bauges pour profiter d’une matinée "imprévue" de beau temps.

En dépit de sa fréquentation due à ses nombreux chemins d’accès, faciles ou plus ardus, la montée à la Croix du Nivolet reste une très agréable randonnée, surtout quand la météo ne nous laisse espérer que quelques heures de beau temps.

 

Conditions  : beau temps doux, brumes au fond des vallées.

 

JPG - 129.5 ko
Mer de nuages sur la vallée

Départ


Hameau de Lovettaz atteint par Saint-Jean-d’Arvey (D206). Au centre du village de St-Jean-d’Arvey, prendre à gauche la petite route qui dessert le hameau de Lovettaz (panneau)

Parking au centre du hameau (alt. départ 690 m)

 

JPG - 118.5 ko
Couleurs de l’automne au-dessus de Lovettaz

Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3332 OT Chambéry - Aix-les-Bains - Lac du Bourget


Du parking, revenir vers la fontaine (panneaux) et prendre le chemin, élargi récemment, qui s’élève NW au-dessus du hameau. Après les dernières maisons, un sentier lui fait suite sur quelques centaines de mètres puis rejoint la piste pastorale qui monte de Lovettaz vers les "Fermes du Nivolet" (chalets d’alpage).

 

JPG - 181 ko
Une des fermes du Nivolet

Après un long mais agréable cheminement en sous-bois, la piste s’oriente E/NE avant de bifurquer plein W (on laisse alors à droite le sentier qui monte vers les cascades et le Col de la Doriaz- panneaux)

 

Nota  : sur la piste de montée, plusieurs sentiers partent W/NW en direction des Fermes du Nivolet. Mal entretenus, non balisés et non indiqués sur la carte, ils se confondent souvent avec les sentes tracées par les animaux et demandent sens de l’orientation et attention (pentes soutenues, terrain glissant par temps humide). L’itinéraire qui emprunte la piste est donc à privilégier.


JPG - 212.2 ko
Couleurs de l’automne sur le sentier de montée

On continue sur la piste jusqu’aux Fermes du Nivolet, puis le large sentier qui lui fait suite traverse l’Alpage des Fourneaux avant d’atteindre celui des Grands Prés ou Alpage du Nivolet. A la cote 1.288 m (sapin isolé au milieu de l’alpage - panneau), on rejoint le sentier qui monte du village de Pragondran et on prend la trace, assez peu marquée au départ, qui se dirige NE vers la falaise.

 

Un passage équipé dit du "Pas de l’Echelle" (main-courantes, câbles, marches et barreaux de fer) permet de franchir une faille entre la falaise et une "aiguille" et d’accéder au plateau final et à l’immense Croix qui marque le sommet du Nivolet (1.547 m).

 

Nota  : bien sécurisé, ce court passage (quelques dizaines de mètres) est sans réelle difficulté mais il est déconseillé aux personnes sujettes au vertige.


JPG - 164 ko
Pas de l’Echelle

Retour  : le retour par l’itinéraire de montée est déconseillé ; avis identique pour celui qui emprunte le passage escarpé dit de "la cheminée" au N de la Croix ; il est plus intéressant d’opter pour la boucle (sentier large, bien balisé) qui longe la crête pour arriver au Col de la Doriaz puis descend dans l’étroit Vallon de la Doriaz en passant par les cascades du même nom (à proximité de celles-ci, quelques passages réclament de l’attention).

 

JPG - 158.2 ko
Cascades de la Doriaz

On retrouve ensuite la piste empruntée à l’aller à la bifurcation mentionnée ci-dessus.

 

Dénivelée : 910 m

 

Temps de marche : 4 h 30 (dont 2 h 30 de montée)

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Catégorie Savoie.

Dernière mise à jour le dimanche 25 octobre 2009



Mont Peney (1.356 m)
Poids : 116.4 ko




Croix du Nivolet vue des Grands Prés
Poids : 125.6 ko




Sentier de montée par les Grands Prés vu du sommet
Poids : 110.6 ko




Col de la Doriaz (1.138 m)
Poids : 97.2 ko




Alpage des Fourneaux
Poids : 104.2 ko




Alpage du Nivolet (Les Grands Prés)
Poids : 94 ko




Mont Peney - Pte de la Gallopaz - Massif de Belledonne
Poids : 67.4 ko




Mont Margeriaz (1.845 m) vu du Col de la Doriaz
Poids : 119.5 ko




Tracé Google Earth
Poids : 109.1 ko
Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 14:30
Randonnée du 20 octobre 2009

Un beau parcours vers ce sommet qui domine Revel et la Plaine du Grésivaudan.

Conditions  : ciel voilé le matin s'ennuageant progressivement (pluie sur les sommets en milieu d'a-m). Vent violent.

 

Départ


Parking du Clos (1.485 m) atteint par Villard-Bonnot et Saint-Mury-Monteymond (D280). Dans le village prendre S, à droite, la route qui mène au Col de Pré Long (panneaux bois aux intersections). Après le Col, continuer sur la piste forestière "carrossable" puis prendre à gauche à la patte d’oie et poursuivre pendant 3 km jusqu’au parking (panneaux).

 

 

Refuge Jean Collet - Rochers des Excellences (vus du Mont Saint Mury)



Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3335 OT Grenoble - Chamrousse - Belledonne

 

Du parking, on emprunte la piste "jeepable" (interdite à la circulation au-delà du parking) qui monte jusqu'au Refuge du Pré du Molard (gîte d'étape - 1.735 m). On continue plein E sur le sentier après le Refuge pour contourner le Mont Saint Mury (2.038 m) puis, après un parcours sur la crête (belle vue E sur les Cascades du Boulon, le Refuge Jean Collet, le Glacier de Freydane et le Gand Pic de Belledonne) on traverse à flanc la raide combe sous  la Pointe de la Sitre (2.195 m)  où quelques passages rocheux demandent un peu d'attention.

 

 


Lances de Domène et Petite Lance du Crozet (à droite)

 

On arrive en vue du Habert de la Sitre que l'on peut rejoindre en quelques minutesen contrebas, ne serait-ce que pour avoir une vue "plongeante" sur le Lac de la Grande Sitre (1.958 m) actuellement presque asséché. 

 

Nota : à partir du plateau du Mont Saint Mury, un sentier bien visible traverse la combe et la falaise et permet de rejoindre directement le Habert.

 

 

Lac de la Grande Sitre

 

 

Après le Habert on rattrape le sentier du GR 549 (marques blanches et rouges) qui longe la face W du Rocher Boulon (2.214 m) - présence de plusieurs gouffres, veiller à ne pas s'écarter du sentier en cas de mauvaise visibilité - puis traverse S une vaste combe d'éboulis et de chaos de rochers sous les restes du  Glacier de la Sitre et les parois verticales des Lances de Domène.

 

 

La combe pierreuse sous le Glacier de la Sitre

 

A la fin du pierrier, une montée raide en lacets amène au Col du Loup qui donne accès W à la longue arête marquée par les deux cairns de la  Petite Lance du Crozet (2.355 m) dominant Revel et la Vallée du Grésivaudan.

 

De l'arête, belle vue S sur les Massifs de la Chartreuse et des Bauges ainsi que sur le minuscule Lac du Loup (2.258 m) au fond de la vaste combe d'éboulis dominée par les Dents du Loup (2.375 m).

 


Les cairns de l'arête sommitale de la Petite Lance du Crozet (2.355 m)

 

Retour par le même itinéraire.

 

Dénivelée : 1.055 m

 

Temps de marche : 5 h 00 (dont 3 h 00 de montée)

Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 09:12

 


Randonnée du 14 octobre 2009


Un beau sommet qui domine la ligne de crête séparant la Vallée des Merveilles du Vallon de la Gordolasque.



A proximité du Refuge des Merveilles et d’accès relativement aisé, la Cime du Diable offre une vue superbe sur une large partie du Parc National du Mercantour.

 

Conditions : beau temps froid (- 6° au départ), brumes de plus en plus épaisses en cours de journée.

 

Départ

 

Refuge des Merveilles (alt. départ 2.130 m).

(pour rejoindre le Refuge des Merveilles voir le topo "Lacs et Rochers gravés de la Vallée des Merveilles"


Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3841 OT Vallée de la Roya - Vallée des Merveilles


JPG - 120.7 ko
Lac Long Supérieur (2.111 m)

Du Refuge, on prend S (panneaux) le sentier (GR 52 marques blanches et rouges) qui monte en direction du Lac Fourca (2.165 m) puis s’oriente SW dans un environnement très minéral vers le Lac du Trem et le Lac de la Muta.

 

JPG - 114.8 ko
Lac Fourca - Mont Bego (2.182 m)

On atteint les minuscules Lacs du Diable au pied de l’étroit vallon fermé par le Pas du Trem (2.480 m) qui sépare la Cime du Diable (2.685 m) de la Cime du Trem.

On laisse alors le GR 52 qui poursuit S vers le Pas de Raus pour le sentier, toujours bien marqué, qui monte en lacets faciles vers le Pas du Trem. De ce Col, qui offre une vue magnifique sur l’immense cirque minéral des Verrairiers et permet de rejoindre le Vallon de Gordolasque (sente visible mais pas d’indications), on emprunte S le sentier qui escalade la rude face NE de la Cime du Diable.

 

JPG - 165.1 ko
Pas du Trem (2.480 m) vu du sentier de montée

On atteint un petit plateau déversant sur la face S puis, après une courte traversée, on rejoint le sommet par un sentier escarpé en courts lacets.

 

Nota : sans être "difficile", l’itinéraire conduisant au sommet à partir du Pas du Trem est ardu et présente quelques passages "exposés" réclamant de l’attention.

 

Du sommet on bénéficie d’une vue exceptionnelle sur les lacs de la Vallée des Merveilles, les vallons austères et encaissés qui l’entourent et les cimes déchiquetées de Chagiasse (2.521 m) de Durmiose (2.438 m), des Verrairiers (2.567 m) ainsi que sur le Mont Bego (2.872 m).

 

JPG - 76.1 ko
Du sommet de la Cime du Diable, le Mont des Merveilles (2.726 m) émerge de la brume

Retour par le même itinéraire jusqu’au Refuge. Reprendre ensuite le sentier ou la piste qui descendent le Vallon de la Minière pour rejoindre le Parking du Lac des Mesches.

 

Dénivelées : + 630 m, - 1.330 m

 

Temps de marche : 2 h 30 de montée, 4 h 30 de descente jusqu’au Lac des Mesches.

 

Post-scriptum en forme de "coup de gueule" :

Certainement "victime" de son succès, le Refuge des Merveilles (CAF) nous a "offert" (demi-pension 37,50 euros tout de même !) un service minimum (accueil "limite", repas - bouillon "gras", saucisses/lentilles, micro-morceau de fromage, coupelle de fruits au sirop -, petit déjeuner "misérable", confort sommaire - froid et humidité, etc) frôlant l’indigence ! Compte tenu des prix pratiqués, le CAF ferait bien de prendre exemple sur les refuges suisses et italiens (y compris ceux de haute-altitude - Cf le gardien du Refuge des Vignettes - 3.158 m - préparant les "pancakes" au petit-déjeuner à 5 h 00 du matin) qui offrent confort (couettes douillettes le plus souvent), repas copieux et de qualité....et accueil chaleureux.

Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 09:07

Randonnée du 13 octobre 2009


A la découverte d’un lieu magique chargé d’histoire sur les derniers contreforts des Alpes Méridionales.

 

 

Au coeur du Parc National du Mercantour et au pied de la "montagne sacrée" du Bégo (2.872 m), la Vallée des Merveilles et celle de Fontanalba abritent le plus grand ensemble de gravures rupestres protohistoriques au monde (plusieurs dizaines de milliers recensées) dans un paysage modelé par les glaciers au cours des millénaires.

Aujourd’hui, les forêts de mélèzes centenaires aux couleurs de l’automne, les roches moutonnées de teintes diverses, une multitude de lacs et les sommets déchiquetés qui les entourent, offrent un environnement extraordinaire d’une très grande beauté qu’il est agréable de parcourir en dehors de la haute saison touristique.

 

Conditions : très beau temps froid (- 3° au départ)

 

Départ

 

Parking du Lac des Mesches atteint à partir de Saint-Dalmas-de-Tende (N204) puis par la D91 qui dessert le Hameau de Castérino (alt.1.550 m)

 

Nota : on trouve plusieurs possibilités de stationnement autour du Lac des Mesches. Privilégier celle qui se trouve en amont du barrage, voire les quelques emplacements dans le chemin qui part à gauche dans la 3° épingle après le barrage, permettant un accès direct à la piste conduisant au Hameau de la Minière.

 

JPG - 130 ko
Lac des Mesches (1.390 m)


Itinéraire


Carte IGN 1/25000°3841 OT Vallée de la Roya - Vallée des Merveilles


Du parking supérieur (alt. départ 1.434 m - panneaux d’information), emprunter W la piste "jeepable" qui dessert le Hameau de la Minière de Vallauria, site d’anciennes mines d’argent et de zinc dont les bâtiments sont en cours de restauration par des équipes de Jeunes Bénévoles Internationaux (panneaux).

 

Dans le hameau, on peut prendre soit rive gauche le sentier qui débute à droite au-dessous du bâtiment "Neige et Merveilles", soit continuer rive droite sur la piste qui remonte le Vallon de la Minière (15 à 20 mn de temps supplémentaire de montée)

 

Nota : à la cote 1.777 m - panneaux - une nouvelle option "sentier" permet d’éviter la large boucle de la piste qui monte en lacets près d’un couloir d’avalanches (une énorme coulée récente a rasé une partie du mélézin) et permet de traverser une zone remarquable de cascades et de mélèzes multi-centenaires.

 

JPG - 185.3 ko
Sentier de montée dans le Vallon de la Minière

Le sentier passe ensuite à proximité du Lac Saorgine puis du Lac Long Inférieur (pratiquement à l’état de tourbière) avant d’atteindre le Refuge des Merveilles (2.130 m) surplombant le Lac Long Supérieur.

A partir du refuge on peut prendre quelques instants pour effectuer le parcours "découverte" qui présente sous forme de tableaux les caractéristiques géologiques et chronologiques du secteur ainsi que des panneaux d’information sur la faune et la flore.

Après le Refuge, le sentier poursuit W jusqu’au Lac Mouton (2.176 m) puis s’oriente N vers la Vallée des Merveilles encaissée entre le Mont des Merveilles (2.720 m) et le Mont Bego (2.872 m).

 

JPG - 120.8 ko
Lac Mouton - Mont Bego ( 2.872 m)

Nota : à partir de ce point une réglementation particulière à ce site du Parc du Mercantour interdit de sortir des sentiers balisés sans accompagnateur agréé et les bâtons ferrés doivent être rangés sur le sac.

Le parcours "libre" (plusieurs ouvrages mentionnent les "tracés" autorisés) permet toutefois de voir l’essentiel des gravures (pétroglyphes) remarquables de la Vallée des Merveilles tracées par nos lointains ancêtres "métallurgistes" de l’Age du Bronze (entre 1800 et 1500 ans avant notre ère).

 

JPG - 114.7 ko
"Le Christ"

On doit rendre hommage au travail remarquable des archéologues qui ont recensé les quelques 35.000 gravures du site et en particulier au Professeur H. de Lumley (rencontré fortuitement ce jour sur le site avec une équipe de tournage) et à ses collègues qui ont contribué à faire connaître ce lieu et à permettre sa sauvegarde (nombreuses dégradations désolantes des "taggeurs" du passé).

 

Nota : les chercheurs ont établi le caractère cultuel du site autour du Mont Bego (littéralement "montagne sacrée du Dieu-Taureau"). Dans cet environnement minéral et austère, on peine à imaginer la présence des hommes venant rendre hommage à leurs Dieux et les conditions de vie très difficiles qu’ils devaient y endurer, et une "magie" indescriptible et émouvante se dégage de ces lieux.

 

On terminera le parcours au-delà du Lac des Merveilles, parmi les plus beaux visités ce jour, pour avoir une belle vue générale sur la Vallée des Merveilles (alt. atteinte 2.410 m), à défaut d’avoir le temps de "grimper" jusqu’à la Baisse de Valmasque (2.549 m), col permettant de rejoindre la Vallée de Fontalbana.

 

JPG - 74.3 ko
Lac des Merveilles (2.294 m)

Retour par le même itinéraire jusqu’au Refuge des Merveilles pour y passer la nuit et rester une journée supplémentaire dans cet environnement magnifique.

 

Dénivelées : + 1.000 m, - 330 m

 

Temps de marche : 2 h 30 de montée jusqu’au Refuge, 3 h 00 pour le circuit des gravures, 1 h 00 de descente.

 

Post-scriptum en forme de "coup de gueule"  : alors que la Direction du Parc du Mercantour a pris des mesures drastiques (indispensables et évidemment bien comprises) pour tenter de protéger le site des dégradations dues à la surfréquentation, on se heurte à un paradoxe bien français qui consiste à autoriser des "accompagnateurs agréés" à véhiculer en 4x4 une "certaine clientèle" (avare d’efforts mais peu regardante sur le coût) jusqu’à proximité du Refuge des Merveilles. On peut imaginer que cette activité, à priori lucrative, a du faire l’objet d’un intense lobbying de la part des élus locaux mais cette autorisation est incompréhensible et en tout cas en parfaite contradiction avec la Charte des Parcs Nationaux. Les accompagnateurs "agréés" (en principe jugés et diplômés sur leur capacité à marcher et non à conduire !) ne devraient pas avoir d’autre possibilité que de faire le chemin de montée "à pied" et d’attendre leurs clients à proximité du Refuge, ce qui limiterait la fréquentation du site des Merveilles aux seuls "passionnés" ayant le courage et la volonté de faire quelques heures de marche pour pouvoir l’admirer.

Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 20:24
Randonnée du 02 octobre 2009

Une très agréable randonnée, magnifiée par les couleurs de l’automne.

Conditions  : beau temps le matin, puis brumes montantes. Bise soutenue sur les cols.

 

Départ


Parking du Muret (1.336 m), dans l’épingle , 300 m après celui du Pont de la Betta (1.290 m) atteint par Brignoud, Laval, Prabert (D528). A la sortie E de Prabert, à la patte d’oie, prendre tout droit (petit panneau bois à gauche : Pré de l’Arc)

 

Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3335 ET Bourg-d’Oisans - Alpe d’Huez - Grandes Rousses


Du parking (panneaux) on emprunte la large piste qui conduit au Habert d’Aiguebelle. Après le bâtiment de captage, on rejoint le GR 549 "GR de Pays Balcon des Sept Laux" - marques rouges et blanches - puis on passe à proximité du Habert du Muret (1.448 m).

On reste sur la piste qui serpente agréablement dans l’alpage (bien que la vue soit en partie gâchée par la présence d’une ligne à haute tension) avant de rattraper le GR de Pays "Tour des Lacs des Sept Laux" à proximité du Habert d’Aiguebelle.

 

JPG - 100.6 ko
Pas de la Coche

L’itinéraire monte ensuite en lacets S/SE en direction du Pas de la Coche, bien visible, en offrant une belle perspective sur le vallon du Vénétier, fermé par la Cime de la Jasse (2.478 m).

La Pas de la Coche surplombe le Lac de la Coche, la vallée de l’Eau d’Olle et le Rivier d’Allemont que l’on peut rejoindre en poursuivant sur le GR 549.

 

JPG - 52.2 ko
Vallée de l’Eau d’Olle (vue du Lac de la Coche)

En dépit de la taille réduite du lac (en voie d’eutrophisation comme la plupart des petits lacs du Massif de Belledonne), le site du Lac de la Coche est magnifique et justifie que l’on s’y attarde quelques instants.

Pour rejoindre le Col de l’Aigleton (il n’existe aucune mention de cet itinéraire sur les panneaux) il faut suivre les indications et le sentier flêché Col de la Vache.

Nota  : pourtant bien tracé, cet itinéraire n’est pas indiqué sur la carte IGN au départ du Lac de la Coche.

 

Le sentier passe sous le Pas du Pin, traverse plusieurs zones d’éboulis et de gros blocs puis rejoint celui qui monte du Rivier d’Allemont. On poursuit en traversée sous les Roches Jaunes et le Pic du Pin avant de franchir le ruisseau qui descend du Fond de la Belle Etoile.

 

JPG - 131.9 ko
Le sentier en traversée sous les Roches Jaunes

On laisse alors E le sentier du Col de la Vache sur la droite pour suivre N la rive gauche du ruisseau jusqu’au pied des éboulis, puis on s’oriente plein W dans l’étroit vallon qui conduit au Col de l’Aigleton que l’on rejoint au mieux, entre éboulis et chaos de rochers, après avoir repéré sur la gauche en haut le poteau blanc d’une station météo automatique.

Nota  : il n’existe ni sente marquée ni repères (hormis 2 minuscules cairns au départ) sur cette partie du parcours qui demande donc une attention soutenue pour s’orienter.

Du Col de l’Aigleton (2.266 m), belle vue sur les principaux sommets de la Montagne des Sept Laux et du Massif des Grandes Rousses (Pic de l’Etendard, Pic Bayle, Pic du Lac Blanc) et ses glaciers.

 

JPG - 104.8 ko
Col de l’Aigleton (2.266 m)

Retour par le même itinéraire.

 

Nota  : au départ du Col de l’Aigleton ne pas chercher à "couper", notamment par mauvaise visibilité, du fait de la présence de plusieurs barres rocheuses sous la station météo), mais rester rive gauche au plus près de la coulée d’éboulis.

 

Autre possibilité  : après avoir franchi le Col, on peut descendre par la face W du Pic du Pin (sentier tracé mais parcours un peu plus engagé réclamant donc expérience et attention) pour rejoindre le Vallon du Vénétier et le sentier de montée à proximité du Habert d’Aiguebelle. Compte tenu de la brume épaisse montant sur ce versant, cette variante de retour n’a pas été empruntée.

JPG - 87.8 ko
Lac de la Coche (1.990 m)


Dénivelée : 1.025 m

 

Temps de marche : 5 h 00 (dont 3 h de montée)

Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 16:11

Randonnée du 25 septembre en compagnie de "Thomas"

 

Une très belle randonnée au coeur des Bauges par le Vallon et les Alpages d'Orgeval.


Conditions  : beau temps doux, brumes de plus en plus épaisses en cours de matinée mais épargnant le secteur du Mont de la Coche.

 

Départ


Parking de Nant Fourchu atteint à partir d’Ecole-en-Bauges (D60) puis par la D20 en direction du Hameau de Carlet et enfin par la route forestière qui conduit au fond du Vallon.

 

Nota : la route qui se prolonge après le parking, puis la piste pastorale qui lui succède sont strictement interdites à la circulation.

 

 

Mont de la Coche (vu depuis le vallon de Banc Ferrand)


Itinéraire


Carte IGN 1/25000° 3432 OT Massif des Bauges


Du parking (alt. 996 m - panneaux d’information sur la Réserve Naturelle des Bauges et ses zones réglementées), poursuivre sur la route pendant 400 m (on laisse sur la droite le sentier qui franchit le torrent du Chéran et monte E dans la forêt de Coutarse pour accéder notamment à la Pointe de la Fougère).

On prend ensuite à gauche (N) la piste forestière (dite "Chemin du Gros Fayard" - panneau) qui monte raide dans le sous-bois en s’élevant au-dessus du ravin creusé par le Nant d’Orgeval.

 

On atteint une première clairière (Chalet d’alpage) qui offre S une vue imprenable sur les "rails" du Mont Pécloz (2.197 m), sur le Mont d’Armenaz (2.156 m) et sur l’Arête de l’Arpette, puis on sort sur l’alpage en rejoignant la piste pastorale qui mène aux Chalets d’Orgeval.

 

Lever du soleil sur le Mont Pécloz

 

Le Vallon s’ouvre jusqu’au Col d’Orgeval sous la face E de l'impressionnante barrière rocheuse qui court du Mont de la Coche (2.070 m) à la Pointe d’Arcalod (2.217 m).

On poursuit sur la piste jusqu’aux Chalets d’Orgeval (1.603 m - fontaine ) puis, au niveau de la Croix, on quitte l'itinéraire qui conduit au Col d'Orgeval pour emprunter à gauche, plein W,  sous la falaise de la Pointe d'Arcalod  une sente peu visible qui monte en traversée dans l'alpage.

 


Chalets d'Orgeval et  la Croix (vue arrière)

 

 

Au sommet de l'épaulement (cote 1.700 m environ) on atteint un beau vallon suspendu orienté N/S et on laisse à droite le sentier qui mène à la Pointe d'Arcalod pour continuer S en direction du rognon de Banc Ferrand (1.819 m) à travers pierriers et lapiaz.

 


Le vallon suspendu sous la Pointe d'Arcalod

 


On atteint un premier verrou qui permet d'entrevoir la belle pyramide du  Mont de la Coche,  puis une vaste combe et une zone d'éboulis que l'on traverse par un sentier en balcon jusqu'au col qui sépare le Mont de la Coche du sommet de Tré le Molard (2.035 m).

 

 

 

La combe sous le Mont de la Coche et Tré le Molard

 

Au col, on laisse à droite l'itinéraire qui descend sur Plan Molard et le Plan de la Limace pour emprunter E le sentier très raide qui serpente le long de l'arête (prudence par temps humide car la pente est soutenue) et qui permet d'accéder au sommet du Mont de la Coche (2.070 m) marqué par une croix sommaire en fer et une borne.

 

De ce promontoire on bénéficie (en dépit de la brume!) d'une magnifique vue sur les principaux sommets des Bauges (Pointe d'Arcalod (2.217 m), Mont Trélod (2.181 m), Pointe de la Sambuy (2.198 m), Pointe de Chaurionde (2.173 m), Mont Pécloz (2.197 m et  Mont d'Arménaz (2.158 m) dont les altitudes modestes ne laissent pas imaginer pas la difficulté pour les atteindre (notamment dénivelée et distance).

 


La Pointe d'Arcalod (2.217 m) dans la brume

 

Pour le retour, on laisse juste au-dessous du Col l'itinéraire de montée pour prendre le sentier, bien visible, qui descend dans les éboulis de la face W du Mont de la Coche puis dans une partie herbeuse. Après avoir traversé une zone de lapiaz, on atteint une petite dépression puis un plateau qui surplombe les Alpages d'Orgeval et la piste pastorale qui dessert les Chalets. Suivre au mieux la "draye" assez pentue (sentier peu marqué) pour rejoindre celle-ci et reprendre l'itinéraire suivi à l'aller.

 

 

 

Dénivelée : 1.075 m

 

Temps de marche : 5 h 30 (dont 3 h 30 de montée)

 

Repost 0
Published by alaindeclaix - dans randonnées montagne
commenter cet article